Ça faisait longtemps que je n'avais pas pris de temps pour une petite pause thé.

 

Après avoir recherché pendant ces quelques mois de nouveaux titres (ou anciens) dans le thème un peu légende urbaine, malédiction, fantôme, vampire..., je suis tombée sur certains titres notamment sur un one-shot qui m'avait l'air intéressant. Tsumitsuki de Hiro Kiyohara. Adaptation du roman Shissou Holiday, inédit en France. Légende japonaise, malédiction...dans le mile, pile ce que j'aime lire en ce moment. Sa sortie française date de novembre 2015, et je me suis dit qu'un nouveau petit one-shot me changerait un peu!

 

D'abord qu'est-ce qu'un Tsumituski? Littéralement «tsuki» qui possède et «tsumi» les coupables. Comme il le répète assez souvent dans chaque chapitre, ce sont des démons qui prennent possession de personnes rongées par la culpabilité et les dévorent jusqu'à ce qu'ils deviennent des monstres et au final meurent. Pas très joyeux tout ça. Et on sent bien la petite légende typiquement nippone.

 

Donc pour faire court, des tsumituski prennent en proie des lycéennes (uniquement) et un seul personnage peut neutraliser ces démons. Un sauveur? Un héros? On part donc sur une base finalement assez banale.

 

Ce manga est composé de quatre chapitres. Chacun met en scène quatre lycéennes victimes de tsumitsuki et on retrouve ce sauveur nommé Kuroe, un personnage «mystérieux» capable de délivrer ces jeunes filles de leur démon. Enfin pas si mystérieux que ça ce Kuroe puisque très vite le voile est levé sur lui dès le premier chapitre. Le schéma des quatre histoires est le même, ou presque. Pas de rebondissements et très peu de suspense donc il n'y a pas tellement de surprises et la fin se devine facilement. L'histoire n'est finalement pas bien exploité et approfondi. Malgré la banalité de la trame, le récit aurait mérité d'être un peu plus travaillé. La seule partie qui aurait pu être intéressante, aurait été le passé de Kuroe: l’origine de ses pouvoirs capables de vaincre les tsumitsuki. Mais malheureusement bâclée en seulement six pages en tant qu'épilogue...

 

Je ne m'attarderai pas trop sur l'histoire puisque j'en aurais vite fait le tour et déjà qu'il n'y a pas beaucoup de suspense, pas la peine d'en dire davantage.

 

Niveau visuel: pas mauvais, c'est très clair et plaisant à lire. Seul le travail sur les démons n'est pas très convaincant et assez mal lisible.

 

Pour terminer, je dirais que cet article est à la hauteur du manga, bref et limité. Ceci dit, ce n'est pas non plus un mauvais manga, plutôt agréable à lire mais qu'on aura vite oublier par la suite. Si vous l'avez, tant mieux il vous fera passer le temps mais sinon n'allez pas courir l'acheter.